CHANTIER DU SIÈCLE

Plus de 400 ouvriers, près de dix ans de chantier sous terre et à grande altitude, 17 km de galeries creusées, 1,7 million de m³ de roche excavés: le chantier de Nant de Drance est celui de tous les superlatifs.

Il donnera naissance à l'une des centrales de pompage-turbinage les plus puissantes d'Europe. Avec ses 900 MW, elle produira environ 2,5 milliards de kWh par année. Sa mise en service sera progressive dès 2019.

Bestof 3
Parcours de l'eau
1:14
Les plus belles photos
53

Généralités

Un chantier qui rapporte à plus d’un titre

La construction de la centrale hydroélectrique de Nant de Drance est une aubaine pour Finhaut. Mais tout dépend de quel côté du barrage on se situe. La commune de Finhaut a touché 7,5 millions de francs grâce à la taxe initiale liée à l’autorisation de construire et aux compensations accordées pour les perturbations du chantier. «Pour notre collectivité, c’est une opération rentable», relève Pascal May. Le président de Finhaut mesure ses propos. Dans les villages de montagne, si tout le monde partage la même réalité, chacun l’appréhende à sa manière. «Pour les uns, c’est beaucoup; pour les autres, jamais assez.»  Côté positif, les recettes supplémentaires ont permis d’amortir la dette communale, d’adapter les infrastructures et de lancer des projets en suspens. Pendant toute la durée de la concession, soit 80 ans, d’autres retombées financières sont attendues. «Entre la taxe foncière, celle de pompage-turbinage, l’impôt sur le capital et celui sur le bénéfice – pour autant que Nant de Drance en réalise – nous estimons récupérer environ 2 millions de francs par an», explique Pascal May. En terme de capital humain, cela représente enfin une aventure extraordinaire. «La région possède un long vécu avec l’hydroélectricité. Il y a eu les barrages de Barberine en 1925, du Vieux-Emosson en 1955, et d’Emosson en 1975, sans compter les usines de Châtelard, de Vallorcine, de Vernayaz et d’Emosson.  Aujourd’hui et demain, il y a et il y aura Nant de Drance avec toutes les perspectives de développement que la construction, puis la gestion de la centrale impliquent.» Lire la suite